Accueil > Toute l'actualité > "Situer", une fiction du territoire par Benoît Vincent

"Situer", une fiction du territoire par Benoît Vincent

"Situer", une fiction du territoire par Benoît Vincent

L'écrivain et naturaliste Benoît Vincent investit durant six mois le Labo de création de Ciclic pour une exploration et une mise en fiction de six régions naturelles : la Beauce, la Champagne berrichonne, la Brenne, le Perche, le Chinonais et la Touraine. Avec Situer, Benoît Vincent propose une cartographie littéraire, une tentative de traduction esthétique de ces territoires naturels emblématiques, une invitation à parcourir, penser et lire nos paysages d'un regard neuf.

Pour ce faire, Benoît Vincent séjourne dans les régions concernées, afin de découvrir et observer la végétation, l'agriculture ou le paysage, et rencontrer les habitants. Il est accueilli par une structure culturelle partenaire qui l'accompagner dans ses déambulations et lui offre quelques clés d'entrées, contacts ou conseils...  

Pour chaque territoire exploré, Benoît Vincent écrit un texte « sur le vif ». Une lecture-rencontre publique est organisée à la fin de son séjour, autour de ce texte. Cette fiction est ensuite retravaillée par l’auteur pour produire une « fiction critique » révélant, à la manière d’un filtre, les caractères, les clichés, les blessures ou les rêves de la région naturelle. Editée en format « papier », pour une large diffusion, elle est accompagnée de lectures rencontres avec un public élargi, au printemps 2019.

 Benoît Vincent ©Parham Shahrjerdi 2009

« L'idée centrale est de travailler sur la notion de territoire par le biais de la fiction, de l’analyse sensible. Comme naturaliste, je suis souvent amené sur le terrain à nommer des réalités écologiques diverses : espèces animales ou végétales, végétations, paysages, régions naturelles... celles-ci s'emboîte comme par magie les unes dans les autres... Comme écrivain, j'interroge de manière critique notre rapport à ces mêmes réalités : la littérature peut faire surgir des ombrages que le scientifique élude ou dédaigne. 

Notion floue, ou plutôt complexe, la notion de territoire pourrait être définie comme la manière dont on habite (travaille, aime, circule) un espace donné. Mon travail représente comme une analyse aussi sensible que critique, une traduction littéraire de cette expérience. Le projet "Situer" s’inscrit dans cette démarche qui à présent se structure. Elle repose sur quelques principes simples, à savoir :

La forme littéraire ne saurait être imposée a priori, mais il me semble intéressant ici de travailler sur la fiction, fiction du territoire et fiction sur le territoire. Comme cela est devenu une habitude, je m’appuierai plus particulièrement sur un nombre fini de petites régions naturelles, échelon subjectif qui associe de manière cohérente la végétation, l’agriculture, le paysage (même si les limites sont, comme toutes limites, parfois floues).

► dimanche 23 juin à 15h : rencontre avec l’auteur, restitution et lecture du texte composé à partir du paysage naturel des guerres picrocholines – Musée Rabelais-La Devinière à Seuilly (37) Tarifs habituels. L’échange se termine par un temps convivial –dégustation - possibilité de prolonger le plaisir de lecture en partant avec le texte de l’écrivain imprimé.

Dans le cadre de la convention entre le musée Rabelais et le lycée Rabelais, des ateliers d’écriture et une étude sont engagés avec des élèves du lycée, les enseignants et l’auteur sur le thème du paysage littéraire/ paysage artistique- restitution de cette action aura lieu au musée Rabelais le mardi 28 mai.

Benoît Vincent entreprend un doctorat de Littérature comparée – Recherches sur l’imaginaire, puis s'oriente vers un BTS Gestion et protection de la nature – Gestion des espaces naturels.
& après avoir été (dans le désordre) ouvrier textile, veilleur de nuit, service volontaire européen à  Spinaceto  (RM),  peintre  sur  tôle,  maçon  en  voirie  et  réseaux  divers  (VRD),  surveillant  de collège, professeur de français (vacataire), manœuvre agricole, animateur d’atelier d’écriture, vendeur  en  coopérative  agricole,  chômeur,  éducateur  à  l’environnement,  il  est  aujourd’hui naturaliste indépendant (fore/habitats et mollusques terrestres continentaux) et auteur.

Il a publié deux ouvrages au Nouvel Attila : Farigoule Bastard et GEnove, villes épuisées. Il publie également chez Publie.net et sur son propre site, Ambo[i] lati. Sur Remue.net, avec Bornes, il livre une série de textes sur sa relation avec le concept abstrait de territoire. Occasionnellement chansonnier (Иoises), Benoît Vincent est également l’un des piliers du collectif Général Instin et co-responsable de la revue Hors Sol. Il vit sur les bords de la Méditerranée.

Bibliographie :

2018 – Un de ces jours. Pink Floyd, une fiction, Publie.net, fiction

2017 – GEnove, villes épuisées, Othello/Le Nouvel Attila, autogéographie

2016 – Local héros. Dire Straits, une fction, Publie.net, fiction

2015 – Farigoule Bastard, Le Nouvel Attila, fiction [prix Jean Follain 2016 et nomination prix Wepler 2015]

2011 – Pas rien, Publie.net, récit

2008 – Trame, Publie.net, poème 


>Voir toutes les actualités