Les caves - © Christophe Raimbault

Les caves

Le sous-sol de La Devinière est étonnant par ses vastes caves troglodytiques et galeries creusées dans le tuffeau, dont la superficie s’étend sous les jardins.

Les caves, le ventre de La Devinière

Carrières d’extraction, permettant la construction des maisons de La Devinière : le logis bourgeois au XV siècle, puis le pigeonnier, la grange à foin, la maison du vigneron au XVII siècle, et enfin celle du métayer.

Ces cavités souterraines ont été reconverties en ferme troglodytique. Étables et écuries occupent les caves hautes, véritables alvéoles de pierre, où chèvres, brebis, moutons et âne pouvaient être abrités. Des mangeoires sont taillées directement dans le rocher, ainsi que des anneaux, trous circulaires coupant la roche servant à attacher les animaux. Le logis Rabelais relié aux caves animalières par un soupirail, montre la proximité entre les hommes et les bêtes. La chaleur des animaux étant très recherchée pour le confort de la maisonnée.
Les écuries souterraines se prolongent vers les caves basses où se situent caves demeurantes, four à pain, pressoirs, et caves à vin.

Afin de renouer avec l’histoire viticole de la maison, et l’esprit de son illustre auteur, une vigne est plantée en 2004. Elle produit près de 4000 bouteilles par an. Ventre de La Devinière, ces caves font honneur à Rabelais, l’écrivain du bien vivre et du vin-savoir, l’inventeur de la Dive Bouteille.
 
Lieux de présentation des activités liées à ces espaces souterrains, les caves accueillent également des expositions temporaires.

Photographies : Musée Rabelais - La Devinière ©Chanel Koehl