Accueil > Découvrez le musée > Rabelais et sa maison
Le pigeonnier - © Christophe Raimbault

Rabelais et sa maison

Bienvenue dans la maison natale de François Rabelais, lieu emblématique au cœur du pays de Chinon.

Le père de François, Antoine Rabelais, est avocat au siège royal de Chinon et sénéchal de Lerné. Ce notable est détenteur de plusieurs propriétés dont la « maison des champs » qu’est La Devinière, à Seuilly, où François a pu passer ses premières années d’enfance.

Composée d’un logis bourgeois du XVième  siècle, d’un pigeonnier et de dépendances, la maison est transformée en « maternité » lors des naissances de ses ainés, deux frères et une sœur. La tradition veut que Rabelais soit aussi né dans cette maison (en 1483 ou 1494). Ce lieu semble marquer l’écrivain au point de faire évoluer son célèbre géant Gargantua dans le même décor de verdure.

Rabelais quitte son pays de Touraine vers 1510 pour accomplir son périple des connaissances devenant d’abord moine à Angers et en Poitou, puis étudiant la faculté de médecine de Montpellier. C’est à Lyon, alors qu'il est médecin à l'Hôtel-Dieu de la ville, qu’il écrit ses deux premiers romans Pantagruel (1532) et Gargantua (1534), censurés et condamnés par les théologiens de la Sorbonne. Il sait s’attacher les protections des grands du Royaume, parmi lesquels évêques et hauts dignitaires : Geoffroy d’Estissac, Jean du Bellay (cardinal de Paris), son frère Guillaume du Bellay (gouverneur du Piémont). D’ailleurs, il effectue de nombreux voyages en Italie sous la protection des du Bellay. Publiés de son vivant, Tiers Livre, Quart Livre prolongent les aventures de ses géants ; le Cinquième Livre paraît après sa mort qui survient en 1553 à Paris.

Rabelais est l’un des hommes les plus érudits de son siècle. Moine, grand savant, il pratique la botanique, l’astronomie, la médecine et fait éditer de nombreux textes scientifiques.

Gargantua, une œuvre empreinte des paysages de son enfance

Lorsque Rabelais écrit Gargantua, il se souvient de sa terre natale dont les paysages deviennent le théâtre d’opérations pour la fameuse guerre picrocholine : Les vignes et le verger mais aussi les châteaux de la Roche-Clermault, du Coudray-Montepensier, Lerné et la fameuse abbaye de Seuilly, tant de lieux encore visible aujourd’hui.

Ce célèbre conflit, dont l’épicentre est La Devinière, voit l’affrontement entre Grandgousier (seigneur de La Devinière) et Picrochole (roi de Lerné). Cela fait allusion aux oppositions politiques et guerrières entre Charles Quint et François 1er. 

Dans son livre, Rabelais associe souvenirs d’enfance et regards d’actualité ; il y fait des propositions éducatives, des critiques envers le pape et condamne la guerre et ses ravages. De ce conflit, Gargantua sort grand vainqueur et pose les principes d’une réconciliation symbolisée par la fondation de l’abbaye de Thélème ayant pour devise unique : Fay ce que voudras !

Photographies : Musée Rabelais - La Devinière ©Chanel Koehl